Le journal de bord - 2019

ETATS - UNIS

Lundi 16 octobre

Départ Port Washington à 9 H 14
Arrivée à Cap May - New Jersey - mardi 17 octobre à 14 H 35
148 Mn

Mercredi 16 octobre
C’est sous le soleil que nous avons descendu L’Est River. C’est toujours un grand moment pour nous. À l’inverse d’il y a deux ans, la navigation a été quelque peu sportive, houle et tourbillons (surtout au niveau du pont de l'Enfer) étaient au rendez-vous. Nous avons savouré cette perspective maritime.
À notre arrivée dans la baie, alors que nous laissions la statue de la Liberté derrière nous photo incontournable), un coup de sirène a corné dans nos oreilles et un navire des Coast Guards nous a abordés. Moteur stoppé, nous avons accueilli les deux gardes dans le cockpit. L’un est resté un retrait et c’est le second qui a contrôlé nos papiers et posé les questions pendant que le premier notait. Professionnels courtois, nous avons apprécié. Une fois les documents d’Adélie vérifiés, le second a fait le tour du voilier pour conformité (toute la sécurité et l'hygiène à bord).
Une demi-heure plus tard, nous avons reçu une attestation que nous montrerons si nous sommes à nouveau contrôlés. Tout est conforme.
Arrivés en mer, une forte houle nous attendait. Elle ne s’est calmée qu’en toute fin d’après-midi, nous laissant « souffler » un peu. La nuit a été moins froide et la combinaison "grand froid" est restée suspendue au porte-manteau sur mesure fait par notre ami Guy et décoré par Nicole (de grands souvenirs, là encore). Bref ! nous avons peu dormi. L’AIS sonnait presque constamment (logique, nous naviguons dans des eaux très fréquentées). Deux voiliers se trouvaient dans la zone de garde, à peu près à la même allure et suivant à peu près la même route. Ce sont eux qui étaient à l’origine des hurlements. Et NON, on n’éteint pas l’AIS, c’est notre sécurité qui est en jeu.
Toujours un moment grandiose (dont nous ne nous lasserons jamais) ce fut l’apparition de la pleine lune, d’un rouge puissant, à l’horizon. Effet ne dure que peu, mais quel spectacle.
Comme toujours, il nous tardait d’arriver à Cap May. Nous avions le courant de face dans le chenal (2,5 noeuds), mais bon, nous sommes passés et avons atteint le mouillage. Encombré, le mouillage ! Nous avons, tout de même, trouvé une petite place entre deux canadiens. En soirée, c’était bondé, "inondé" de canadiens. Ils seront nombreux aux Bahamas.
Ce matin, nous ne sommes plus que trois (un québécois, un américain et nous). La plupart prennent l’intracoastal, d’autres sont allés à la marina. Nous, nous restons ici et attendons le passage de la perturbation avant de repartir en mer, sans doute vendredi.

Fin d'après-midi, les portes de l'enfer viennent de s'ouvrir.
Rafales sur rafales, 40 à 45 noeuds (voire plus). Nous chassons. Nous montons l'ancre en catastrophe, sous des trombes d'eau. En la remontant, nous accrochons l'ancre du voisin et nous voilà partis tous les deux sur les rochers. Pas le temps de décrocher son ancre, nous le tirons pour nous sortir de leur périmètre . L'arrière d'Adélie a heurté l'avant de Waterproof ! Une fois hors risque, nous le décrochons.
Trois essais d'ancrage et nous chassons toujours. La nuit est tombée, nous ne sommes pas loin du cahot. Enfin, après avoir heurté la balise verte du chenal (sans dommage), nous mouillons. Mais ça n'est pas terminé. Sans crier gare, les 60 m de chaîne se libèrent et le guindeau déclare forfait ! Plus de possibilités de réaction si nous chassons et nous ne sommes pas loin de rochers. Dehors, c'est toujours l'enfer.
La décision est vite prise, nous appelons BoatUS qui nous renvoie aux Coast Guard. Nous les appelons et une bonne demi-heure plus tard, ils arrivent. Compliqué d'expliquer notre problème en anglais. Ils sont restés en observation un bon moment et ont considéré que notre mouillage tenait bien puis, ils sont partis. Entre temps, le voilier américain et le canadien Waterproof ont également dérapé et nous avons tous terminé dans un périmètre restreint.
Nuit blanche pour tout le monde. Assis dans le cockpit, habillés et avec les gilets de sauvetage, nous allégeons au moteur l'ancrage de temps en tempslorsque les rafales se déchaînent.

Jeudi 17 octobre
Nous sommes toujours dans le même délire. Toujours sous une tension extrême, nous attendons. L'ancrage tient, mais jusqu'à quand ?

Vendredi 18 octobre
À 0 H 30, le vent baisse d'un cran et nous allons dormir. À notre réveil à 7 H. Nous avons un contact avec Waterproof par VHF qui nous annonce que son balcon avant et son davier sont touchés. Pour notre part, c'est une pièce du régulateur d'allure qui est tordue. Nous allons faire un "rapport de mer" et contacter nos assurances. Nous avons changé le contacteur qui actionne le guindeau et tout fonctionne.

Départ de cap May à 9 H 28
Arrivée à Norfolk - Virginie - samedi 19 octobre à 13 H 07
150 Mn

Une navigation de rêve durant toute la première journée sous voile. La nuit a été calme, mais au moteur. Un petit oiseau est venu dormir (nous ne savons pas où il s'est caché à l'intérieur d'Adélie). Au matin, il est parti.
Arrivés ici, nous mouillons à Willoug Bay. Nous sommes non loin de la plus grande base aéronavale du monde. Une tempête tropicale doit passer demain. Qui sait… Nous sommes très très fatigués et dans l'attente. Nous savions qu'il serait compliqué de descendre jusqu'en Floride durant cette période. Eh bien, nous confirmons.

Dimanche 20 octobre

La tempête tropicale vient d'arriver sur nous…. Tout va. bien, du moins, pour l'instant. Comme nous avons excellament bien dormi, nos batteries internes se sont bien rechargées (pas encore au top, mais c'est un grand mieux).
Bonne nouvelle, Waterproof annule la déclaration aux assurances. Les dégâts sont moindres que prévu et il va réparer lui-même.

Mardi 22 octobre

Ces deux jours de repos nous ont fait le plus grand bien. Le ciel est toujours très gris et il pleut de temps en temps. Notre mouillage n'a pas bougé. Nous avons appris que notre copain Barry, toujours à Onset, avait subi aussi les affres de la tempête et que pour lui aussi, ça a été catastrophique. Ce sont les aléas que subissent les navigateurs lorsque  des météo compliquées sont à l'ordre du jour. A suivre…

Copyright © 2018 - All Rights Reserved - www.seven-seas.fr - Voilier Adélie